vendredi 28 décembre 2012

Sternenkinder

  Ah, les vacances de Noël & ses traditionnelles fêtes en tout genre, où l'ingurgitation d'alcool est plus une loi qu'une option. J'ai passé une soirée où, en rentrant, je me suis dit "oké, c'était pas si mal que ça, j'ai pas autant bu que ça, je suis rentrée plutôt tôt et je vais pouvoir continuer ma vie tranquillement". Et puis après j'ai repris contact avec la réalité, le lendemain matin (ah non pardon, le lendemain à 18h), imbibée d'indisposition à tout ce qui m'entoure, remplie de maladresse, mon cerveau mort... [Lire la suite]
Posté par Paperboat à 22:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 20 décembre 2012

You drive too fast, can you please shut up ?

Paris, c'est un peu ma ville moitié. C'est la capitale attirante & repoussante, tellement belle mais tellement sale, tellement et tout et en même temps pas si exceptionnelle que ça. La ville que tu chéris, où tu es heureux de débarquer, mais bien soulagé d'en partir. Ville lumière et sombre. C'est mon alter-ego urbain. J'aime Paris, parce que malgré le flot incessant de gens qui étouffe, c'est une ville où tout le monde est atrocement seul, où chacun ne regarde que sa vitre de métro, son côté d'escalator, ses pieds Tous comprimés... [Lire la suite]
Posté par Paperboat à 14:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 16 décembre 2012

Hello darkness, my old friend, I've come to talk with you again

Je suis en train de me rendre compte qu'il y a toujours plus. Plus de tout. Quand tu crois avoir touché le fond, il se présente un rab de fond. Pendant un temps, voire assez longtemps, je me suis toujours dit que j'étais seule, seule, seule, et que c'était ma destinée, étant donné que j'ai jamais vraiment réussi à me connecter aux gens. Je me suis habituée à être seule, j'ai appris la solitude, je gère la solitude. Jusqu'au moment où l'on se rend compte que l'on peut être encore plus seul. Qu'une nouvelle bulle de solitude totale,... [Lire la suite]
Posté par Paperboat à 06:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 7 décembre 2012

Rodeo clowns, they pick me up when I'm down

"Pour qu'il y ait le moins de malheureux sur Terre, il faut toujours taper sur les mêmes". Phrase très sage des Shadocks qui m'aide à relativiser ce bordel sans nom qu'est ma vie. Après la mort d'un proche apprise il y a tout juste vingt jours, mon destin est toujours porteur d'aussi mauvaises nouvelles, étant donné qu'on vient de m'annoncer qu'une autre proche ne survivrait pas à ce week end. L'attente. Attendre de savoir quand ça sera fini, qu'on puisse respirer et se remettre à essuyer les débris qu'une absence laisse bien... [Lire la suite]
Posté par Paperboat à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 3 décembre 2012

The wheel

Je ne suis pas triste. Je me suis juste levée (un peu) trop tard dans ce monde de brutes. Le matin, j'ouvre les yeux, je me fais un eye-contact avec ma peluche bob l'éponge, et je me terre bien comme il faut, tout au bout et tout à l'intérieur de ma grosse couette. Je m'emmitoufle, j'allume ma musique, et je reste prostrée en position foetale jusqu'à ce que j'ai le courage d'affronter le reste.     Le reste, c'est tout ce qui n'est pas moi. Le monde extérieur, les responsabilités imposées, le regard et l'hostilité de... [Lire la suite]
Posté par Paperboat à 16:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]